12
Jan 2015

saes section universite ziguinchorLe 31 juillet 2013, la Coordination du SAES de l'Université Assane Seck de Ziguinchor, décidant de ne plus se sacrifier inutilement, a pris ce qui lui revient de droit, à savoir ses soixante quinze jours de vacances académiques légales dont ses membres se sont toujours volontairement privés.
L'administration de l'UASZ a laissé envenimer une situation à laquelle elle avait largement le temps de trouver des solutions d'autant plus qu'elle s'était engagée à le faire avant le 31 juillet 2013. Aujourd'hui, force est de constater que, malgré la reprise de quelques activités pédagogiques et administratives, la situation est la même, sinon pire.

Loin d'être une simple question pécuniaire, il s'agit principalement de nombreuses autres défaillances administratives qui vont du non respect des engagements à la gestion critique et chaotique de l'UASZ. En effet, la question financière n'est que la face visible de l'iceberg et une manière pour l'administration rectorale de détourner l'attention sur les vraies difficultés de l'institution. Il n'est pas acceptable qu'un travailleur soit dans l'obligation de toujours réclamer le paiement de ses émoluments comme le font chaque année les enseignants titulaires et vacataires de l'UASZ.

Pourtant, cette situation de blocage sans précédent, est due à une mauvaise gestion doublée d'une crise d'autorité de l'Ordonnateur du budget qui, vraisemblablement a un problème de management.
Aux nombreuses promesses non tenues, à la crise d'autorité manifeste et au non respect des engagements, il convient d'ajouter les décisions impopulaires prises par le Recteur sans concertation ou en faisant royalement fi des positions des acteurs de l'université que nous sommes (comme par exemple l'orientation des nouveaux bacheliers ne tenant pas compte de la capacité d'accueil de l'université, la cité des enseignants, etc.). Il est donc évident que le Recteur reste le seul responsable du blocage de notre institution.
Comment pouvons-nous travailler dans ce climat de tension permanente, dans des conditions professionnelles et sociales de plus en plus difficiles ? Comment accepter de démarrer les enseignements en ignorant les multiples problèmes que traverse l'UASZ sans informer l'opinion publique sur la réalité qui caractérise cette institution?
Non, nous ne pouvons pas nous taire. Nous sommes responsables et soucieux du devenir de notre université et par conséquent nous la défendrons jusqu'au bout contre la mauvaise gestion et le piétinement de nos droits acquis après plusieurs luttes.

LE BUREAU DE LA COORDINATION SAES-UASZ

 

07
Nov 2014

Le SAES constate avec regret, le non paiement des salaires du mois d'octobre 2014 aussi bien pour le personnel d'enseignement et de recherche (PER) que pour le Personnel Administratif, Technique et de Services (PATS) des Universités sénégalaises, sans compter l'absence totale de prise en charge sanitaire pour ces même personnels et leur familles dans les structures sanitaires pour défaut de paiement. Ainsi, le PER atteint dans son moral et sa dignité n'a plus la sérénité nécessaire à l'accomplissement des tâches pédagogiques et administratives.
Le SAES a toujours dénoncé l'insuffisance des budgets des universités, tardivement approuvés et qui couvrent à peine 8 mois de salaires des enseignant-chercheurs. Pour rappel le Gouvernement du Sénégal s'était déjà engagé, auprès de la banque mondiale, dans le cadre de la mise en œuvre des CDP, au rééquilibrage des budgets des universités publiques qui sont déjà déficitaires et reconduits chaque année, sans tenir compte de la politique de massification incontrôlée de l'état.
Le SAES fustige l'attitude du Gouvernement qui, au lieu d'un accompagnement budgétaire sans faille pour les universités existantes, préfère les asphyxier au profit des projets de création de nouvelles universités ou de promoteurs non universitaires d'universités privées. L'augmentation substantielle, la consolidation, l'équilibrage et la sécurisation des budgets des universités, demeurent des urgences à traiter pour stabiliser les universités.
Le SAES tient à informer les étudiants, leurs parents ainsi que l'opinion publique qu'elle reste plus que jamais déterminée et mobilisée pour le règlement définitif de cette question. De ce fait, la responsabilité de la paralysie du système ne pourra être imputée qu'au seul Gouvernement !
En résumé, le SAES exige Le paiement immédiat des salaires du mois d'octobre 2014 un règlement total et sans délai de toutes les sommes dues par l'Université à ses partenaires et aux établissements sanitaires. L'équibrage des budgets des universités Vive l'Université sénégalaise, vive le SAES.
Fait à Dakar le 05 novembre 2014

 
19
Jui 2014

La Coordination SAES du Campus de Dakar rendra hommage à notre sœur, amie, collègue et camarade Ndèye Sokhna GUEYE le dimanche 22 juin 2014 à partir de 9 h précises. Le rassemblement aura lieu au siège du SAES.
Au titre des activités, il est prévu :
1. Une randonnée pédestre qui partira du siège du SAES, en passant par le CODESRIA, le département d'histoire de l'UCAD, l'IFAN, la place du souvenir et le campus social, pour revenir au siège du SAES ;
2. Un récital du Coran dans la salle de sports du SAES ;
3. La projection d'un publi-reportage sur Ndèye Sokhna GUEYE ;
4. Une exposition sur son œuvre multidimensionnelle et son engagement sans faille ;
5. Le dévoilement de deux plaques commémoratives pour dénommer le gymnase récemment rénové Salle de Sports Ndèye Sokhna GUEYE.
6. Le discours-témoignage du camarade Seydi Ababacar NDIAYE, Secrétaire Général du SAES.
Des t-shirt et des casquettes à son effigie seront mis à votre disposition.

Qu'Allâh le Tout Puisant l'accueille dans son Saint Paradis.

Salutations cordiales et militantes.

Le Comité d'Organisation

 
06
Jui 2014

IMG 0254Journée de réflexion sur la crise universitaire
UCAD II, 31 mai 2014
Projet d'Appel des participants pour sortir de la crise !

Grand Cadre ; SAES ; M23 ; SOS Droit à l'éducation ; ONDH ; Délégués de quartier ; CESL ; CNEPT ; FAPE ; CONGAD ; G88 ; CDS/SEF ; Sydels/O ; CUSE ; UNSAS ; RADDHO ; AEEMS ; Yen A Marre ; Mozeg-Education ; COSYDEP, FENAPES

Nous, soussignés, participants (voir liste de présence annexée) à la Journée de réflexion sur la crise universitaire, tenue ce samedi 31 mai 2014 à l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, sur invitation du Syndicat Autonome de l'Enseignement Supérieur (SAES), représentants des structures ci-dessus nommées, pour sortir de la crise universitaire, invitons les autorités politiques, académiques et les étudiants à :

1) veiller au respect des accords et échéances de payement des salaires, bourses et autres rémunérations
2) recourir à la concertation pour tout changement relatif aux avantages acquis des étudiants
3) maintenir les forces de l'ordre en dehors des campus
4) accélérer la mise en place de la police universitaire ou administrative
5) rétablir les structures de représentation d'étudiants
6) renforcer suffisamment la capacité d'encadrement des universités pour mieux répondre à la demande d'accès au Master
7) améliorer la communication relative à la réforme LMD
8) éviter le recours à la violence comme stratégie de revendication
En effet, il est impérieux, pour sauver l'Université du naufrage menaçant, de considérer ces actes comme urgents.
Les participa nts ont décidé de mettre en place un cadre de concertation et d'échange permanent.
Ils invitent tous les acteurs de la société à venir y adhérer pour améliorer le fonctionnement de l'enseignement supérieur, maillon essentiel de notre système productif.

Fait à Dakar le 31 mai 2014

 

 
12
Mai 2014

saes logo actu 500x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre de ses activités scientifiques culturelles et sportives, le SAES organise une cérémonie  inaugurale de  la salle de gymnastique sise au Camp Jérémy,  le dimanche 18 mai 2014. Cette salle est équipée de vestiaires et d'un emplacement pour des appareils de sports (vélos, tapis roulants...).

A cet effet, une randonnée pédestre est prévue le même jour. L’itinéraire vous sera communiqué ultérieurement.

Pour une bonne réussite de cet évènement, veuillez confirmer votre présence par mail( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) ou par téléphone au local (33 825 29 00).

Salutations militantes.

 

Le Département affaires scientifiques

culturelles et sportives