29
Mai 2014

Randonnee

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (Saes) a organisé dimanche 18 mai une randonnée pédestre sur une distance de près de 3 km. Cette activité a été suivie par l'inauguration de la salle de gymnastique, entièrement rénovée dudit syndicat.

«Le sport contre la surcharge de travail » est le slogan qui a réuni toute la famille du Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (Saes), le temps d'une matinée sportive. Loin des amphithéâtres et des bureaux climatisés, les enseignants du supérieur, vêtus de blousons, shorts et tee-shirts, chaussures collées aux pieds, casquettes vissées à la tête, ont tenu à marcher sous un soleil d'aplomb, avec par instants, un passage nuageux qui adoucit l'atmosphère.
Ils ont effectué un trajet allant du camp Jeremy, où se trouve le siège de la structure, en passant à la place du Souvenir, la Cité Aline Sitoé Diatta (ex Claudel), l'Ecole Supérieure Polytechnique (ESP), avant de revenir au point de départ. Un assez long parcours qui fait du bien, après des semaines d'intenses activités.
Secrétaire général national du Saes, Seydi Ababacar Ndiaye a salué l'initiative. « C'est une bonne chose car le sport est fédérateur et nous permet de libérer la charge de travail. De ce fait, je pense que nous devons en faire un évènement mensuel ».
L'inauguration de la salle de sport a été la 2e étape de la journée. Cette salle va bientôt accueillir des équipements de dernière génération. Ce qui permettrait aux enseignants de s'entraîner régulièrement. Il faut noter que le bâtiment des sports abrite des vestiaires dames et hommes. Une aubaine pour les habitués et les futurs adhérents.
Premier Secrétaire général du Saes, le Pr Bouba Diop a parlé aux noms des randonneurs. « Cette salle va nous permettre de renforcer nos aptitudes physiques. J'invite tout le monde à en faire un bon usage. Cependant, on devrait penser à y mettre des équipements solaires pour pallier aux coupures d'électricité », dit-il.
Animateur de la randonnée, le Directeur de l'Institut National Supérieur de l'Education Populaire et du Sport, Djibril Seck a demandé aux autres entités de l'université de s'inspirer du Saes qui a compris l'importance de l'activité sportive dans l'éducation et la formation. Il renchérit : « Ce programme entre en droite ligne dans la politique de l'Etat de créer une filière sportive dans tous les pôles universitaires comme c'est le cas à Saint-Louis ».

rand sall sport

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Membre du bureau national chargé des affaires scientifiques, culturelles et sportives, Omar Diop, est revenu sur les péripéties du projet. « Il n'y avait que le dojo avec un simple tatami et il servait de salle de sports pour tout le monde. C'est ainsi que nous avons décidé, après mûre réflexion, de bâtir une salle performante avec des vestiaires. Cela n'a pas été facile car il nous a fallu deux à trois mois de travaux financés sur fonds propres du Saes. Nous comptons équiper la salle avec du matériel de dernière génération et le projet est en cours de gestation ».