23
Mai 2014

La Coordination de Dakar du Syndicat Autonome de l'Enseignement supérieur condamne avec la dernière énergie, les actes de violence perpétrés ce mercredi aussi bien dans le campus pédagogique que social de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. La violence d'où qu'elle vienne, ne saurait, sous aucun prétexte, se justifier dans l'espace universitaire. La situation était déjà très tendue à cause d'un grand retard lié au paiement des bourses.
A cela s'ajoutent le problème du Master pour tous réclamé par une partie des étudiants et une présence policière dans l'espace universitaire depuis le jeudi 21 novembre 2013, en violation flagrante de la loi 94-79 relative aux franchises universitaires.
La Coordination dénonce l'attitude :
-des étudiants qui ont saccagé des biens qui leur appartiennent ainsi qu'à toute la communauté universitaire, car de tels actes ne les honorent pas;
-de l'autorité qui a semblé opter pour un pourrissement de la situation, pour pouvoir justifier une intervention policière d'une brutalité inacceptable, avec plusieurs dizaines de blessés dans un espace académique au lieu d'agir pendant qu'il était temps comme notre syndicat l'a toujours demandé.
Le Master pour tous n'est envisageable dans aucune université au monde mais l'autorité a le devoir de discuter avec les étudiants qui ne demandent que des solutions à leurs problèmes.
Le SAES n'est pas contre l'intervention de la police mais cela ne doit se faire que dans les conditions définies par la loi 94-79.

Faite à Dakar, le 23 mai 2014
La Coordination